Le Daily Neuviè

Twitter Facebook Instagram Tumblr Pinterest
Hommage rendu à Clément Méric rue Caumartin

06/06/2013 Camille Castres (avec M.C.)

Des centaines de personnes se sont rassemblées ce jeudi rue Caumartin, afin de célébrer la mémoire de Clément Méric. Ce membre du groupe Action Antifasciste Paris-Banlieue, âgé de 19 ans, est décédé au lendemain d'une rixe avec des skinheads.

Des bouquets de fleurs déposés là où Clément Méric a été mortellement frappé. (Crédit: M.C.)
Des bouquets de fleurs déposés là où Clément Méric a été mortellement frappé. (Crédit: M.C.)
"No Pasaran! No pasaran!" Ils étaient plus d'une centaine jeudi 6 juin dès 17 heures à scander ce slogan révolutionnaire, après une minute de silence rue Caumartin. Le poing levé, des militants antifascistes ont rendu un hommage spontané à Clément Méric, mort le même jour dans cette rue. Ce jeune étudiant de Sciences Po Paris avait été frappé à mort, la veille, par des skinheads à la sortie d'une vente privée de vêtements. Dans un état de mort cérébrale depuis mercredi soir, il est finalement décédé le lendemain vers 17 heures.

Près de 200 personnes étaient attroupées dans la rue du drame sous la surveillance d'au moins cinq cars de gendarmerie. Militants antifascistes, sympathisants et syndicalistes  d'extrême-gauche et étudiants grossissaient les rangs. Des "électrons libres", comme se définit Peyo, sont aussi venus sur les lieux de l'accident pour témoigner leur solidarité envers un garçon mort pour ses idées. "Pour moi, l'heure est avant tout au recueillement, la tristesse nous gagne tous face à ce meurtre", soutient le jeune homme, la voix pleine d'émotion.
 

Récuparation politique
Des gerbes de fleurs ont été déposées par des militants antifascistes, là où Clément Méric a été frappé par l'un des skinheads. Après quarante minutes de recueillement, la foule s'est dirigée place Saint-Michel (6e arrondissement de Paris), lieu fixé par le Parti de Gauche.

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, a également affirmé qu'il appelait les socialistes à participer au rassemblement. Même si beaucoup se sont déplacés rive gauche, nombreux étaient ceux qui, comme Teddy, trotskiste de 27 ans au crâne rasé, déploraient "une récupération politique"


 


Pour aller plus loin:
Agression de Clément Méric, les réponses à vos questions, par Rue89. 

 

Agrandir le plan


Commentaires (2)
1. Lot le 07/06/2013 10:26
Désolant d'en arriver là entre jeunes.
Il y a une enquête en cours, cependant il semble que les bandes de skinheads d'extrême droite aient leur symétrique à l'extrême gauche qui adoptent non seulement les mêmes méthodes mais les mêmes codes vestimentaires.
Les deux doivent être condamnées avec la même force.
En attendant où est la France réconciliée de M. Hollande?
2. rginem le 07/06/2013 13:44
i[je reprends le post de Lot; ce n'est pas qu'entre jeunes que la fracture existe; je côtoie quotidiennement des retraités, plus fachos les uns que les autres et qui n'attendent qu'un geste pour prendre les armes et bouter hors de France les immigrés.
J'ai 61 ans et je e me sens de plus en plus isolée à cause de propos semblables. J'en suis à devoir me défendre d'être bénévole aux restos du cœur; mais où va-t-on ?
Il est grand temps que la loi soit appliquée, les propos racistes sont tenus ouvertement; et avec la caution d'une partie non négligeable de la Droite, ces personnes se sentent dans leur droit.
Nouveau commentaire :